Église Saint-Jacques

Le coq du Clocher
 
"On ne peut assurer que le coq servit d'enseigne aux gaulois, encore qu'il apparaisse sur quelques monaies. Il deviendra cependant le symbole de la Gaule à la suite d'un jeu de mots; le terme latin gallus signifiant à la fois coq et gaulois".
Le coq est aussi un emblème religieux. Au IVème siècle, son chant matinal appelait les fidèles à assister aux débuts des offices religieux.
Le coq est un animal fort et vigoureux qui surveille son poulailler et le défend. C'est pour cela qu'il a été choisi par les Gaulois comme emblème et plus tard par les Français qui le placèrent sur les clochers pour qu'il veille sur le village.
Dans l'art héraldique, le coq est le symbole de la vigilance et de la fierté.
Dans l'architecture, il est l'emblème des prédicateurs.
Le 22 Juillet 2006, la foudre a frappé le clocher haut de 45m. Le 14 octobre 2006, un nouveau coq fût placé sur l'Eglise.
Saint Jacques
 
Fils de Zébédée et de Marie Salomé, il fut l'un des douze apôtres de Jésus Christ. Il fut appelé Saint Jacques le Majeur, surnom qui lui vient de sa qualité d'aîné. Saint Jacques et son frère, Saint Jean l'Evangéliste, furent surnommés les deux frères Boanergès (du grec, signifiant "fils" du tonerre"). Ils souhaitaient punir par le feu céleste les opposants au Christ.
Jacques, Pierre et Jean formaient le groupe privilégié des disciples de Jésus: ils furent les témoins de la résurrection de la fille de Jaïre, de la transfiguration du Christ sur la Montagne, ainsi que de son agonie dans le jardin de Gethsémani. Jacques évangélisa pendant neuf à dix ans dans la Samarie, la Judée, la Syrie et les provinces voisines puis traversa la Méditéranée et vint en Espagne. A son retour, Jacques fut le premier des douze disciples à subir le martyre (Actes des Apôtres, XII,2) et périt décapité sur ordre d'Hérode Agrippa Ier de Judée, vers 44 après J-C.
Saint-Jacques-de-Compostelle accueille depuis plus de dix siècles les pèlerins du monde entier. Itinéraire religieux pour toucher les reliques de l'un des douze apôtres de Jésus au départ, il est devenu une aventure humaine, spirituelle et religieuse. Au Moyen-âge, le pèlerinage de Compostelle comptait parmi les trois grands pèlerinage de la Chrétienté, avec le grands pèlerinage de Rome et celui de Jérusalem. Les pèlerins avait coutume de se voir remettre des coquilles de pectens, qu'ils fixaient à leur manteau, d'où le nom de coquilles Saint-Jacques.
La coquille est symbole d'Amour. Elle protège des mauvais sorts et des maladies. On la place en ornement sur les linteaux de portes ou en offrande mortuaire. La coquille Saint-Jacques deviendra l'un des attributs reconnaissables du pèlerin, avec le bourdon, la besace et le chapeau à large bords. Elle fut même gravée dans la pierre sur les frontons ou les chapiteaux des églises qui servaient d'étap aux pélerins, comme à l'église St Jacques, à Cappellebrouck. En partant de Cappellebrouck, il faut environ 85 jours de marche pour se rendre à Compostelle et faire son pèlerinage.
 

 

HISTOIRE DE L'EGLISE

L'Eglise est bien l'âme du village: quand un homme rentre au pays après une longue période d'absence et qu'il aperçoit au loin son vieux clocher alors son coeur se met à battre plus fort et il presse le pas sachant qu'il trouvera là, à l'ombre de ces vieilles pierres, un asile de fraîcheur et de paix.

A. Drieux

 

L'église de Cappelle-brouck fut construite au XIIème siècle en 1169. Elle est classée dans les monuments historiques.

 

Les vitraux sont datés de 1952.

 

L'orgue, entièrement reconstruit, présente quelques jolies colonnes sculptées et la date de 1900.

 

La relique de Saint Jacques se trouve dans l'église depuis 1172, date à laquelle elle a été rapportée de son pèlerinage de Compostelle par le comte de Flandre Philipe d'Alsace, fondateur de Cappellebrouck.

 

Les différents Curés de l'Eglise:

 

xxxx: Charles Cocquempot

xxxx - 1617: Nicolas de Roncq

1618 - 1625: Adrien Darthois

1625 - 1631: Christian Maerter

1631 - 1642: Pierre Dume

1643 - 1652: Valentin De Busnes

1652 - 1654: Augustin Arnoudt

1654 - 1675: Bertin Fournier

1676 - 1683: Georges Verhaeghe

1683 - 1698: Mathieu Ignace Stalin

1698 - 1709: François Drieux

1710 - 1720: Alphonse Ferdinand Devulder

1721 - 1726: Pierre Joseph Béhaghel

1726 - 1740: Claude Van Wormhoudt

1740: Jacques François Montack

1740 - 1763: Cornil Etienne Baillart

1763-1778: Alexandre François Houvenaghel

1791: Jean-François Warlincourt (déporté)

1791 - 1794: Innocent Debette

1794 - 1797: Ambroise Plaetevort

1797 - 1800: Jean Antoine Vanturenhoudt

1800 - 1802: Albert Debruyne

1802 - 1829: Marc Maseman (1802) Louis Dedecker

1829 - 1832: Jacques Venant

1832 - 1839: Alexis Bème & Dominique Bécue

1839 - 1864: Henri Bogaert

1864 - 1865: Pierre Marhant

1865 - 1897: Bernard Vanneufville

1899 - 1908: Téophile Everaert

1908 - 1933: Emile Cornaert

1933 - 1957: Gaston Mahieux

1939 - 1964: Henri Lecointe

1961 - 1972: Pierre Vuylstecke

1972 - 1984: Michel Goidin

1985 - 1991: Ghislain Minnegheer

1991 - 2000: André Smagghe

2000 - 2006: Paul Leroux

2006 - 2010: Thomas Vercoutre

Accès Rapide